mercredi 10 décembre 2008

lire

Qui n’a jamais ressenti d’émotion en lisant ? Qui n’a jamais été absorbé par sa lecture, un roman, une poésie, jusqu’à ne plus faire cas de ce qui se passe autour de lui ? Et quand son enfant réclame une histoire, quel parent peut oublier le moment magique partagé autour d’un album ? Lire et plaisir, voilà deux mots également très liés dans mes souvenirs de maîtresse d’école ; cette semaine je les retrouve, associés, au sein de deux expériences remarquables.

- La première est une rencontre amicale organisée par la bib’à dom’ de Lyon : des lecteurs à haute voix, intervenant habituellement auprès de personnes âgées, y ont échangé leurs observations et confié quelques éléments de leur pratique. Le " plaisir " est évoqué à plusieurs niveaux. Le lecteur choisit son texte, un texte qu’il aime, qu’il a eu un plaisir égoïste à découvrir. En offrant son choix, soucieux de partager, d’apporter du bonheur, d’enrichir l’auditeur d’images nouvelles, il ressent le " plaisir " de donner. Et quelle récompense encore lorsqu’il perçoit, dans le regard de celui qui écoute, l’étincelle qui démontre le succès de sa démarche ! " Plaisir " reçu !

- " Lire… quel plaisir ! " c’est aussi le titre d’un projet scolaire européen Comenius pour lequel une école lyonnaise vient d’être récompensée au salon de l’éducation à Paris. L’expérience de l’école Simone Signoret a stimulé la curiosité des enfants de différents pays, ils ont partagé leurs vécus, leurs quotidiens, leurs aventures, leurs désirs, au travers de l’écrit ; motivés, ils ont eu de l’intérêt à s’apprendre, à se découvrir, à communiquer. Lire signifiait bien là s’offrir du plaisir… Et cette sensation constitue un facteur essentiel d’apprentissage.

- Des années d’enseignement au cours préparatoire (un régal !) m’ont également persuadée que la lecture s’apprivoise à condition de favoriser toujours "le goût de lire". On peut y parvenir en montrant à l’enfant les multiples facettes de l’écrit, on lui permet ainsi de découvrir ce qui convient à ses intérêts ; il éprouve alors de la satisfaction, et en redemande. Quand il s’agit de donner aux apprentis lecteurs toutes les chances de réussir, la motivation partagée est une composante essentielle. En préparant les activités, j’aimais moi-même choisir mes albums, varier les supports, chercher ce qui pouvait provoquer la fameuse étincelle dans leurs yeux, si gratifiante. Il est arrivé parfois que mes jeunes élèves captent des informations ou des nuances que je n’avais pas perçues ; j’y voyais l’attention portée à l’aventure que je leur avais offerte, un nouveau plaisir pour moi, un partage fructueux.

Que d’encouragements pour continuer à lire… à plaisir, pour satisfaire nos caprices… avec plaisir, sans prendre de contraintes… et pour faire plaisir !

Aucun commentaire: