lundi 8 décembre 2008

lumière

Lumière qui s’imagine…

Tu viens jouer à la lumière ? Allez prends ton laser, ton pinceau magique, sors tes couleurs de rêve et tes rubans d’arc-en-ciel !

Je commence, je ferme les yeux et j’imagine ce que tu peins : c’est une longue arabesque qui distribue des rayons flamboyants dans l’espace.

A toi maintenant, tu devines ce que j’invente ? Oui c’est ça, je jette la lumière sur le monde, je lance un feu d’artifice qui se reflète dans nos rivières, je provoque une salve d’applaudissements étoilés et la féerie enchante ma Terre.

C’est bien, nous partageons tout… Carrousel de tons, manège d’éclairs, nos créations fantastiques, nos rêves en kakemonos, nos chimères polychromes se mêlent à l’éclat des pyramides de photophores animés, au papillotement des lumignons sur les rebords des fenêtres, aux brillances variées de poissons célestes.

L’exubérance lumineuse fait vibrer les corps, agrippe l’émotion qui monte à la gorge, sème des étincelles dans les pupilles, aveugle parfois…

Ah zut, il pleut ! La foule nous compresse et nous porte ; il faut rentrer…




Lumières qui se partagent…

Pour être franche, j’envisageais timidement les sorties du week-end… 5, 6, 7, 8 décembre : Lyon se pare pour la fête des lumières… Gare ! Les visiteurs affluent, la ville se transforme en fourmilière, les rues prennent le risque d’exploser, les " bouchons " saturent. Tous veulent en avoir plein les yeux autant qu’on leur en promet, tous se projettent en tous sens et déambulent, se faufilent, se pressent, jouent des coudes, au risque de voiler l’enchantement… Hésitante mais curieuse, je suis quand même allée voir, et écouter… Couleurs et sons, en toutes places… Pas mal, pas mal, les façades de l’Hôtel de Ville et du musée des Beaux-Arts transformées en coffre à jouets, le théâtre des Célestins habillé de toutes les formes de son art, la fontaine des Jacobins peuplée de poissons exotiques, les berges du Rhône parées de teintes abyssales…Superbe ! Me voilà plutôt réconciliée avec la fête, avec ma ville…

Et ce soir je resterai fidèle à la chaleureuse tradition des lumignons, je surveillerai les immeubles alentour, j’attendrai qu’il y ait déjà un bon nombre de petites lueurs dansantes et j’y joindrai les miennes ; c’est ainsi que les Lyonnais s’approprient leur ville, tous complices pour un moment…

1 commentaire:

Turboost a dit…

du coup j'espère que c'était bien les lumignons !
en tout cas, cette année c'était plus agréable...en tout cas ce que j'en ai vu :p