samedi 3 janvier 2009

fantasmes

...ou quatre petites fantaisies d'écriture avec les contraintes d'amorces citées dans le billet "ouest"


Les fantasmes de Mariette

1

Le plus étonnant c'est d'avoir réussi à résister; après être passée cent fois devant la porte cochère du 72, aller retour aller retour, Mariette se décide à partir pour de bon...Qu'est-ce qui la fait fuir finalement? La peur? De le retrouver peut-être avec une autre? Et alors qu'aurait-elle fait? La rupture aurait-elle pu se révéler définitive?... Mais non, ce pauvre Johnny se serait confondu en excuses, la rappelant, la suppliant de lui pardonner, et ce serait reparti pour un tour. Elle doit garder une distance suffisante, faire croire qu'elle ne se soucie de rien, qu'elle n'a pas si envie que ça de le revoir, le faire languir... Et qu'elle, petite Mariette, meure d'impatience, cela n'a pas d'importance. Non, elle a bien fait de ne pas entrer, c'est lui qui doit faire un signe, c'est lui qui doit avoir besoin d'elle, il faut qu'il vienne la voir avec des yeux pleins de désir et là elle l'aura tout entier.

2

C'est venu doucement l'idée. En même temps elle était là depuis le début puisque l'objectif était de séduire Norbert... Il fallait seulement trouver le meilleur moyen pour y parvenir... Après sa déconvenue avec Johnny, elle avait tellement besoin de remplir son cœur!
Norbert c'était son voisin de palier, une gravure de mode, l'élégance idéale, le summ'homme quoi! Pourquoi lui serait-il inaccessible? Depuis plusieurs semaines, guettant l'apparition de Norbert sur leur palier, Mariette rivait son oeil à celui de la porte au moindre bruit! Les jumelles restaient toujours à portée de main près de la fenêtre du salon, au cas où Norbert apparaîtrait sur le trottoir d'en face! Mariette ne vivait plus que dans l'attente et dans l'observation. Elle avait établi les horaires d'entrée et de sortie de Norbert avec d'autant plus de facilité que l'emploi du temps de ce garçon paraissait réglé comme du papier à musique! Un maniaque? Mais sans petite amie pour lui rendre visite en tout cas, et la concierge n'avait rien de croustillant à raconter sur lui, pas la moindre amorce de reproche, au contraire, un personnage aussi charmant, pensez donc, qui donnait toujours de bonnes étrennes... Un solitaire? Quand même, c'est bizarre, un homme aussi séduisant!!!

Alors pour l'attirer, Mariette avait décidé de jouer le mystère. Un soir, il y a quelques semaines, elle avait éparpillé ses affaires sur le paillasson devant sa porte entrouverte, fait l'affolée, l'écervelée, mais pas trop longtemps, juste pour entamer la conversation!!! Elle avait joué la craintive... et pourrait-il veiller chaque soir en rentrant chez lui que tout était ok pour elle? Car oui elle se sentait menacée (!), traquée (!)...

Et ça avait marché!!!... Chaque soir désormais, à 20 heures tapantes, avant de regagner son appartement, il s'enquérait de sa présence, de sa santé...

Elle était devenue composante de la journée de Norbert, un repère essentiel, indispensable; celui-là elle le tenait!!!... Ce soir, elle en était sûre, il serait à ses pieds!

Justement, là, elle l'entend qui sort de l'ascenseur, la porte palière grince et claque, Mariette lisse sa tunique sur ses hanches, un coup d’œil dans le miroir, il sonne...

3

On a du mal à croire que certaines rencontres puissent se révéler de vrais coups de foudre! Mariette se rappelait bien quand elle avait fait la connaissance de Tristan; c'est Norbert qui avait organisé leur entrevue, on se demande encore pourquoi d'ailleurs... Donc cette fois-là, terrassée par l'émotion, car les affaires de coeur pour Mariette étaient toujours passionnelles, elle s'était bel et bien effondrée au premier échange de regard... Et Tristan avait été obligé d'appeler le Samu... A son réveil, le tout nouvel élu la contemplait avec une inquiétude si charmante... Mariette avait d'emblée oublié Norbert, sur qui elle avait pourtant fondé beaucoup d'espoir il n'y a pas si longtemps. Elle ne lâcherait pas son remplaçant...

Après ça Tristan et elle ne s'étaient plus quittés, enfin jusqu'à ce que le pauvre gars se rende compte du guêpier dans lequel il s'était fourré! Mariette l'avait enfermé dès le premier jour dans un carcan de jalousie, des questions à n'en plus finir, sur sa vie amoureuse, ses amis, il aurait dû se méfier...

S'il a du mal à partir maintenant, c'est seulement que les prouesses sexuelles de Mariette le maintiennent en haleine, sinon... Le problème c'est qu'elle parle de plus en plus souvent de vie commune, de foyer, et Tristan commence à avoir très peur!!! Le seul moyen de s'en sortir serait de provoquer chez elle un nouveau fantasme, de lui suggérer une nouvelle aventure... Voyons, pourquoi ne pas, par exemple, lui imaginer un amoureux transi qui se manifesterait par des lettres passionnées?

4

Il se dit qu'il était trop tard pour la séance de 18 heures à l'Astoria, dommage, ça lui aurait fait du bien de se plonger dans une salle obscure après cette lourde journée de travail. Il remonte la rue en songeant à la bonne douche chaude qu'il va goûter dans quelques minutes, ensuite il verra bien, ça dépendra du contenu de son frigo, de qui l'aura contacté par mail, et du programme télé!

Dans le hall de son immeuble, une jolie femme semble attendre une réponse à l'interphone, tiens pas mal je ne l'avais jamais vue dans le coin... Ah peut-être que si, elle ressemble à cette fille de l'immeuble en face, il l'avait remarquée il y a quelque temps déjà, à sa fenêtre, elle semblait épier quelqu'un avec des jumelles! Allez il se lance... Je peux faire quelque chose pour vous?

Non non enfin oui, je vous attendais!

Pardon? On se connaît?

Eh bien vous m'avez écrit, toutes ces lettres, c'était tellement gentil, je voulais vous remercier! Tous ces compliments, je suis vraiment touchée, et je vous trouve aussi très beau, tout à fait à mon goût!

Mais... Ah bon, il doit y avoir un malentendu!

Je vous en prie, ne faites pas le timide, je vous suis... Nous nous expliquerons autour d'un verre...

Aucun commentaire: