mardi 17 mars 2009

profite

Passons vite sur la définition du profit qui, issu du verbe faire, confirme la bonne progression d'une activité... L'avantage obtenu, d'autant plus agréable que parfois inespéré, aubaine en somme, est toujours bon à prendre. Évoquons rapidement l'aspect pécuniaire ou économique de cet enrichissement qui se décline alors en petits profits ou larges bénéfices... Je parlerais plus volontiers des "leçons" profitables et utiles du quotidien et de l'expérience, ou encore, par gourmandise, de profiteroles, autrefois modestes gratifications, devenues petits choux!... Quant au verbe profiter, s'il signifie qu'un être grandit et se développe, d'accord! S'il s'agit de saisir une occasion, les circonstances étant favorables, je prends; cependant, je perçois en même temps comme un risque de réaliser des gains au détriment d'autrui... Ce mauvais profil du profit me convient moins.

Qu'à cela ne tienne!... C'est quand même si bon d'entendre: "Profite!". Conjugué pour vous, c'est un p'tit mot qui passe, et qui repasse, mais vite. Qui me l'a dit déjà? C'est que depuis, il me trotte dans la tête! Cette fois-là j'ai pris cette jolie idée comme un cadeau, une vie. Car cela veut dire quoi sinon user chaque petit bonheur qui se présente, s'amuser d'un moment et de son souvenir. J'y vois quantité de promesses, des hasards et des possibles, des émotions reçues de toutes choses qui nous frôlent, l'oubli d'un reste immense avec ses trucs "bof" ou pas drôles. Mais ce reste fait partie du jeu. Oui, voilà, "profite!"... Si l'on m'incite à prendre, si l'on m'invite, ça me convient, car le temps fuit. Malgré tout ce que j'écris et peut-être tout ce que je veux faire croire, l'avenir me fait peur et les mots me rassurent. Je profite... mais je partage aussi!

Aucun commentaire: