vendredi 8 mai 2009

cacochyme

Serai-je plus tard une vieille dame cacochyme ? Quand l’âge aura fragilisé mon corps, quand je serai affaiblie par une santé vacillante et donc de plus en plus souvent mal disposée, eh oui, je mériterai sans doute ces qualificatifs, si péjoratifs et aux consonances assez ridicules, de "cacochyme", "valétudinaire" ou encore "égrotante" !


Que l’on juge cacochyme un vieillard ou une voiture ne présage rien de bon pour l’avenir de l’un ou de l’autre ! Et d’ailleurs ce "caco…", emprunté au "kakos" grec signifiant "mauvais", ne suggère que des désordres :

- Quelle "cacophonie" ! proclame-t-on facilement lors d’une réunion où tout le monde parle en même temps, au cours d’une audition musicale confuse et discordante, ou face au discours embrouillé d’un conférencier. Par ce mot j’entends même piailler les enfants en récréation sous le préau un jour de pluie !

- On se représente aisément le cacographe en scribouillard multipliant les fautes et manquant de style ! Quant à la cacographie, elle désigne une "méthode" pédagogique à l’heure actuelle délaissée ! J’avoue avoir pratiqué avec intérêt en début de carrière les corrections de textes libres : je choisissais l’écrit d’un élève, l’écrivais au tableau tel quel. Il s’agissait pour les enfants de repérer toutes les erreurs de fond et de forme et d’en proposer les rectifications. C’était donc un exercice cacographique… Depuis cette époque, j'ai compris qu’il n’était pas bon de mettre toutes ces fautes sous le regard direct des enfants. Aujourd'hui la pratique est devenue plus raisonnable : on laisse deviner une terminaison manquante, on annonce entre parenthèses l’infinitif d’un verbe à conjuguer... Il n’y a plus de présentations rigoureusement cacographiques, plus de coquilles volontairement semées…

- Quelques dictionnaires citent encore les cacologies, expressions construites avec des mots qui ne sont pas adéquats : " être grièvement malade " au lieu de gravement, " demander la nullité d’un acte " au lieu de l’annulation

- On parle aussi de cacolalie ou de cacophasie, qu’elles soient dues à des anomalies organiques ou à une atteinte cérébrale, quand l’orateur remplace des mots par d’autres et que son discours devient incompréhensible…

- Voici maintenant un bel ensemble de termes encore recensés dans le lexique médical mais disparus de notre vocabulaire courant ! La cacopathie par exemple désigne toute mauvaise affection à l’évolution rapide et pour laquelle il n’y a pas de traitement efficace. Les maladies cacoèthes sont opiniâtres, malignes et peuvent entraîner une cacothymie, " disposition vicieuse de l’esprit en général ". La cacomélie est un type de cacogenèse, une malformation congénitale. La cacophagie consiste à ingurgiter n'importe quoi. La cacogueusie caractérise une perception tenace de goûts désagréables tandis que la cacositie provoque une aversion pour les aliments. La cacostomie diagnostique une mauvaise haleine. Dans certaines psychoses, la cacosmie, elle, conduit le patient à apprécier des odeurs nauséabondes, et la cacodémonomanie porte le sujet à se croire possédé par un ou plusieurs démons ! Enfin la cacothanasie se dit d’une mort dans la douleur et l’angoisse…


Après l’énoncé de cette imposante collection peu réjouissante et si cacophonique, je m’amuserais bien un peu… Si l'on s’imaginait quelques caco…mots ? Une cacomine qualifierait gentiment une sale tête occasionnelle, une caconote excuserait un couac ou un zéro pointé, une cacoblague peinerait à faire sourire un auditoire… En ce qui me concerne, avant de devenir cacochyme, je pourrais commettre bientôt quelques nouvelles cacostrophes…
Allez j’arrête de… caqueter ! Je vous offrirai bien un cacolac, mais il est démodé celui-là aussi ! Un coca alors ?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

SUPER ! J'adore ouvrir le dictionnaire moi aussi....
D'ailleurs, ce n'est pas être "rococo" que de "caqueter" comme des "cocottes", assises sur des "cacolets" nous menant à l'abri d'un "cacaoyer" pour siroter un jus de "coco", tout en échangeant non pas sur le "CAC 40" mais sur les derniers "cancans" en évitant la "cacologie" et riant de nos mots "cocasses".
Une amie "cocardière" de la langue française.
Alexiou

Martine a dit…

Merci pour ton COmmentaire Alexiou! Tu es une vraie CAmarade, une vraie COpine! Et vive la COmmunauté COuntry!