dimanche 28 juin 2009

country

Si la retraite m'a permis de réaliser un vieux rêve, c'est bien celui-là! Je me souviens avoir participé avec énormément de plaisir à des activités de type line dance dans les clubs de vacances et m'être à chaque fois juré de m'inscrire dès la rentrée suivante dans un cours... Et puis rien, les priorités continuaient à être accordées au travail, à la maison... Et ce temps qui passe! La guitare prenait ces dernières années toute la place impartie aux "choses à faire pour soi"... En septembre 2008, enfin dispo, alors que j'étais dans un tourbillon d'inscriptions, un prospectus dans ma boîte à lettres a retenu mon attention et relancé mon envie: un "pourquoi pas" a pris forme... Danse Country... Ecole Ribas... Gratte-Ciel... Pas loin en plus, juste un coup de métro... Sur place, on m'a proposé une séance d'essai mais j'étais trop déterminée: "Oui... bien sûr... c'est que... je veux quand même m'inscrire tout de suite, je suis certaine que ça va me plaire!" Le premier cours, ouvert à tous, fait le plein: une quarantaine de danseuses, et seulement deux hommes... qui ne reviendront pas d'ailleurs! Le prof est jeune, dynamique; leçon top: "Honky Tonk", la danse entière en un coup! Je suis crevée, ravie...

L'année se termine, nous sommes une quinzaine à suivre assidûment les cours du mardi et dix à participer au gala, épaulées par les vétérans. Complètement intégrée dans le groupe, alors que je ne connaissais absolument personne, je les adore toutes, ces ass' mat' venues en bande à la suite d'Alexiane pour goûter les énergies de la line dance! Anthony a du mérite, il est vraiment patient, attentif, et si passionné par son art! Je crois qu'il nous aime bien, ce que nous lui rendons, fières, et nous sommes ses fans, inconditionnelles! L'apprentissage qu'il nous dispense est méthodique, temps comptés, répétitions lentes, musique ralentie puis diaboliquement accélérée. Nous revoyons presque toutes les chorégraphies chaque semaine; depuis mai il faut aussi travailler et retravailler les liaisons et la mise en scène qui mettent en valeur l'enchaînement présenté en spectacle. Chaque heure est si dense qu'il n'est pas difficile de trouver le sommeil la nuit suivante! Je n'ai raté qu'un seul cours dans l'année; c'est qu'il vaut mieux ne pas sécher, quelle galère pour rattraper!

Hier soir, c'était notre dernière suée de la saison, cinq minutes seulement à l'intérieur d'un immense gala, des instants qui passent si vite et où nous avons voulu mettre beaucoup de coeur ! Il paraît que lorsqu'on tombe dans le chaudron de la country, on devient accro; je veux bien le croire. J'ai encore du chemin à faire, il n'y a pas de mystère, il faut aller dans les festivals, danser, danser, danser, et à la maison aussi s'exercer avec YouTube... J'ai les bottes qui ne font pas mal, le chapeau qui tient, et encore du souffle... Yaouh!

4 commentaires:

Agnès a dit…

Et dire que c'est à cause de moi que tu as râté un cours! Tout ça pour accompagner 26 têtes blondes ou brunes d'ailleurs au pays de la choucroute!

Bises

Agnès

Martine a dit…

Oui mais Strasbourg c'était super aussi!! Pareillement du sport, entraînement dense, fallait suivre le rythme des enfants et des visites... Et pas trop de soucis de sommeil au retour non plus! Un excellent souvenir pour moi, merci Agnès!

DOMI a dit…

BRAVO A LA DANCEUSE TOUJOURS EN PLEINE FORME
A +

Anonyme a dit…

Bonjour,
Maintenant que je te sais accro à cette danse, je suis sûre de te retrouver pour la saison prochaine.
Tu as mis en mémoire toute une année scolaire d'apprentissage avec notre petite équipe bien sympathique dans ce petit reportage très flatteur.
Notre représentation finale(performante) au gala nous conforte de notre persévérente assiduité. Il nous en faut de la mémoire et de la patience pour aboutir çà ce résultat !
MERCI Martine de ton billet qui me réjoouit énormément et qui me fait aussi te découvrir sous une autre facette de ta personnalité si agréable.
Bien à toi,
Une camarade de country, Alexiou.