dimanche 7 juin 2009

voeux


le jour du vote...

Gina attend ses parents... Et c'est Sophia qui s'impatiente: pourtant elle les accompagnera seulement "pour voir" puisqu'elle n'a que neuf ans! Comme d'habitude, leur père tourne et vire à la recherche de quelque chose... Il ouvre les tiroirs, éparpille les paperasses sur sa table de travail... Ah! Ça y est! Il l'a trouvée, sa carte électorale! Gina et sa mère échangent une œillade de connivence...

Ils partent, Sophia en éclaireur; c'est qu'elle les a drôlement bassinés avec les élections européennes. Comme elle a fait un voyage de classe à Strasbourg en avril, elle est la plus motivée pour se rendre aujourd'hui au bureau de vote. Enfin ce n'est pas tout à fait vrai parce que jamais les parents n'ont émis le moindre doute; pour eux c'est un devoir de voter! Et la mère de Gina n'arrête pas de répéter à ses filles qu'il faut respecter toutes celles et tous ceux qui se sont battus, il n'y a pas si longtemps, pour que les femmes aient chez nous le droit de s'exprimer. Alors Gina, qui vient juste de fêter ses dix-huit ans, s'est informée le mieux possible; ça n'a pas été facile! Quand elle s'est branchée jeudi dernier sur un débat télévisé réunissant les têtes d'affiche de plusieurs partis, elle a ressenti un profond dégoût: les soi-disant leaders échangeaient de telles insultes qu'ils paraissaient œuvrer pour la démobilisation de leurs propres troupes! Quant aux courriers de la mairie, ils sont arrivés seulement avant-hier vendredi, cela ne laissait pas trop de temps pour réfléchir. Gina a étalé les professions de foi par terre: quelle prise de tête!... Elle hésite encore, il faudra bien qu'elle glisse un bulletin dans son enveloppe, et comme elle se connaît, elle n'osera pas ne rien mettre: elle veut ensuite avoir le droit de râler si les décisions ne lui conviennent pas...

On arrive à l'école de Sophia qui regroupe les bureaux de vote pour leur quartier; Gina vérifie son numéro, et quand sa petite sœur la pousse et commence à lui expliquer comment procéder, la jeune fille l'envoie gentiment balader. Les bulletins, l'enveloppe, l'isoloir... Aïe, Gina se pose encore des questions et prend son temps... C'est fait, mais zut, où mettre les papiers qui restent?... Les cartes, d'identité et d'électeur, son nom qui résonne, elle qui se redresse, l'urne, "a voté", le tampon, sa signature, c'est déjà fini... Ses parents papotent avec des voisins. Quelle chaleur tout d'un coup! Elle veut sortir et se cogne dans un grand garçon qui franchit le seuil d'un pas décidé... Oscar! Oscar? Gina se sent devenir écarlate... Oscar...


la première rencontre...

Gina et Oscar se sont rencontrés lundi dernier, un jour vraiment impossible! Gina était sortie très énervée du lycée, étourdie de moiteur et de boulot. On crève de chaud dans son bahut! Quelle galère pour bosser! En plus, ses copines n'arrêtaient pas d'échanger leurs projets de vacances d'été, et ça n'était pas pour lui remonter le moral. Depuis qu'elle avait plaqué Rémi (ici), toutes ses histoires sentimentales allaient à vau-l'eau, son coeur s'ennuyait et certains jours son Gruppetto lui manquait cruellement. Il aurait pu l'emmener dans le sud en juillet, à Marseille, chez son copain Gary (), mais tant pis! Fini fini! Le problème, c'était qu'elle n'avait plus de raison pour refuser d'accompagner ses parents et Sophia à Arcachon... Rien que d'envisager le séjour copié collé sur les années précédentes, elle balisait à mort! A moins qu'elle fasse des rencontres intéressantes aux Abatilles, mais ce n'était pas gagné d'avance!

Donc Gina, ce lundi soir, avait quitté vite fait les fumeuses qui tiraient des plans plus ou moins sur la comète; à partir de là, les événements s'étaient enchaînés, tous aussi bizarres et improbables les uns que les autres. En pointant le nez en l'air pour interroger le ciel, espérant y déceler un petit nuage prometteur d'ondée, elle avait découvert une paire de tennis qui pendouillait d'un câble au-dessus du trottoir! Un pari, un coup de la bande à Vic qu'elle avait vue traîner à midi autour du lycée, à tuer le temps, à draguer aussi. D'ailleurs si elle voulait, elle pourrait embobiner Victor, depuis le temps qu'il lui courait après! Mais non, quel gamin!

Comme la bandoulière du sac trop chargé sciait l'épaule de Gina, elle s'était arrêtée un moment et alors elle avait cru à une hallucination: un type l'avait frôlée, en scooter, avec un énorme tigre coincé en travers sur ses genoux et maintenu par les bras du gus qui tenaient ferme le guidon! Le temps qu'elle se frotte les yeux pour chasser ce qu'elle croyait illusion, le gars et sa peluche étaient déjà loin; une dame à coté d'elle avait explosé de rire... Puis dans le métro, pas moyen de s'asseoir, elle avait dû se tenir à la barre poisseuse dans une voiture bondée où il régnait une vapeur d'aisselles à couper au couteau. Gina avait pris son mal en patience, son regard errait sur les pubs et sur les voyageurs chacun dans son trip. Près d'une fenêtre était assise une vieille femme, voûtée, qui lisait un manga! Avant de se lever, elle avait rangé sa BD dans un banal filet à provisions... Quel accoutrement! Blouson en daim, jupe plissée en jersey, bas de contention et chaussures de mec, anglaises à petits trous et bouts pointus... La femme étrange avait joué des coudes pour sortir et bousculé un grand échalas qui en montant à bord s'était retenu à la manche de Gina... dont le décolleté s'était subitement aggravé... Le beau gosse avait alors planté ses immenses yeux marrons dans... le regard bleu de Gina: "Excuse!" Elle l'avait aussitôt pardonné avec un sourire d'enfer. A Charpennes où ils étaient descendus tous les deux, il lui avait lancé:

"Je m'appelle Oscar, et toi?
- Gina!
- Alors salut Gina! A bientôt peut-être!"

Et il avait disparu en grimpant quatre à quatre l'escalier de sortie...


le jour du vote, la suite...

"J'ai mes potes dehors, on va au parc, ça te dit?
- Oui, pourquoi pas, mais je vais prévenir!
- Le temps que j'en finisse ici et j'arrive!"
Gina ne voit pas ses parents mais appelle Sophia: " Tu peux dire à Maman que je vais me balader?"

Le vote était déjà comme un souhait, qui même secret concernait beaucoup de monde, mais là, maintenant, les yeux fermés, elle fait un vœu pour elle... Gina... Oscar... Pourquoi pas? Aujourd'hui la vie est belle!


2 commentaires:

DOMI a dit…

UN ENCOURAGEMENT A NOTRE BLOGEUSE QUI NOUS FAIT REVER BIEN SOUVENT

Martine a dit…

Merci! Un p'tit compliment c'est toujours pour moi un p'tit bonheur!