mardi 25 août 2009

Irlande

Verte et accueillante, ainsi m’est apparue l’Irlande dont je viens de parcourir quelques routes. Étroites et rudes celles-ci d’ailleurs! Le code irlandais permet d’avaler les nationales à 100 km/h mais leur état dissuade vite d’en profiter… Et de bons amortisseurs aident à parcourir cette contrée qui donne le sentiment d’être encore comme "préservée". Le mot s'impose lorsqu'on traverse la région du Connemara. Et si les touristes s’avèrent plus nombreux dans les péninsules du Kerry, l'affluence sur ces circuits ne peut certainement pas être comparée à l’engorgement estival de nos côtes françaises.

Reposante cette escapade! Les nuits confortables en B&B (familiaux, propres, calmes) et la nourriture correcte (contre toute attente, vive l’Irish stew!) nous ont permis de profiter pleinement des journées à la découverte des sites, et des soirées à la découverte des villes et de leurs pubs… A ce sujet, si ces nombreux établissements aux enseignes chatoyantes affichent une fréquentation notable, j'ai bien compris qu'il s’agit évidemment pour tous de s’y abriter de la pluie, de se protéger d'une eau dispensée dehors et sans compter par les cieux!!! Ah ça, de l’eau, il y en a! Le temps, aussi doux soit-il, peut être qualifié de "capricieux" ou "changeant", complètement "imprévisible", passant brutalement de l’averse folle au soleil généreux pour se couvrir à nouveau et se jouer ainsi de tous les projets. Force est de constater que l’Irlande est, en conséquence, magnifiquement fleurie, parée de tous ses fuchsias, et qu’elle offre de verts pâturages à de sympathiques moutons qui s’égarent à l’envi. Les couleurs de la nature sont comme "saines" et leurs nuances multiples. Quant aux ciels plombés ou aux horizons masqués de brume, ils confèrent aux paysages des nuances particulières et provoquent des visions presque fantastiques... Mais ces terres n'abritent-elles pas encore quelques légendes originelles?
Séjour humide donc et un soir, à Galway, la pluie a eu raison de cette sculpture éphémère qu’un jeune artiste de rue avait au cours de la journée soigneusement travaillée devant les passants:


Cependant, en hommage à cette eau sans laquelle l’Irlande ne serait pas l’Irlande, pour insister sur sa présence et son influence, pour raconter les ruisseaux et les rivières de ce beau pays, et pour retrouver de jolis souvenirs dans la perspective de l'océan, voici quelques photos choisies:



Je reste très urbaine, mais qu'il est bon par moments de goûter la quiétude des grands espaces et de retrouver ses rêves au bord de l'eau. Pour cette fois, l'Irlande était le bon choix...

2 commentaires:

Martine a dit…

Pour me retrouver un peu en Irlande, j'ai vu "un taxi mauve", film d'Yves Boisset en 1977 d'après le roman de Michel Déon. Avec, excusez du peu, Philippe Noiret, Charlotte Rampling, Fred Astaire et Peter Ustinov. Superbes destins qui se croisent, dans les paysages escomptés, avec rideau de pluie...

Anonyme a dit…

Ton reportage sur les paysages d'Irlande est bien beau. Il donne très envie d'aller s'émerveiller sur place. Merci.
Bruno