lundi 7 septembre 2009

rendez-vous (1)

fantaisie sous prétexte d'une correspondance, par mail,
entre Ginette (martinets)

Sujet: Qu'en penses-tu?
Date: 03/09/2009 20:30:11

Coucou Marylou,

Alors cette rentrée? Tu les sens comment tes nouveaux monstres? Avez-vous des consignes pour la grippe? Donne-moi vite des nouvelles! Mais quand tu peux évidemment car j'imagine bien que tu as du travail...

Moi ça va, j'ai repris mardi après-midi la permanence à la bibliothèque. Nous avons surtout papoté en échangeant les petites aventures estivales. Un peu dur de se remettre dans le coup! Mais je voulais te raconter quelque chose... Figure-toi que j'ai fait provision de livres à porter chez la lectrice dont je m'occupe grâce à la Bib' à Dom'. Eh bien dans un des romans que je viens d'emprunter pour elle, précisément dans "L'assassin" de Simenon dont elle est une inconditionnelle, j'ai trouvé une sorte de message griffonné sur un ticket du MBA: "Odalisque 4 sept. 10h15 Le Progrès". C'est bizarre, tu ne trouves pas? Les ouvrages sont toujours feuilletés quand on les rend alors je suppose que le papier a été laissé dans celui-là au cours d'une consultation sur place. C'est bien mystérieux, j'adore! Qu'en penses-tu?

A partir de demain je me charge de faire déjeuner mon petit Sammy les jours d'école. Je penserai bien à toi qui dois recommencer à te lever tôt! En attendant peut-être auras-tu le temps ce soir, pour te distraire, de jeter un oeil à ces "esprits criminels" que tu idolâtres?
Bises,
Ginette


Sujet: Re: Qu'en penses-tu?
Date: 03/09/09 22:15:46

Salut Ginette,

Merci de tes encouragements! Là je suis complètement vannée, je vais fermer la boutique! Ta trouvaille ça doit être un rancart près du marbre de Pradier non? Tu comptes en faire quoi de ce billet?
A +, bises,
Marylin


Sujet: Rendez-vous
Date:04/09/09 11:17:20

Bien pensé Marylou! J'avais comme toi interprété le message comme un rendez-vous... Après avoir tergiversé toute la nuit, je me suis décidée ce matin! Tu me connais je suis trop curieuse, alors à 10 heures pile j'étais aux Terreaux, devant le Musée! Aussitôt entrée (t'ai-je dit avoir acheté une carte d'abonnement?), je suis descendue à la salle des sculptures. Il y avait une dame pour surveiller et deux ou trois personnes à flâner, c'est tout! Un bonheur cet espace! J'étais déjà venue là observer La Tentation de Saint-Antoine, un Rodin qui avait retenu alors toute mon attention, mais aujourd'hui je n'avais d'yeux que pour l'Odalisque bien sûr. J'ai été scotchée: elle était vraiment fabuleuse avec cette lumière concentrée sur elle, la faisant paraître si réelle, et cet éclat que lui donnaient en fond les couleurs du tableau d'Orsel. Excitée comme un pou, je me suis assise sur un banc d'où je pouvais suffisamment étudier le profil de son visage, au-dessus de la courbe sensuelle de son dos. J'ai sorti mon carnet de croquis et j'ai fait semblant de m'appliquer...

Je n'ai pas attendu longtemps pour avoir la confirmation que nous avions bien décodé le fameux message! Un homme est arrivé avec Le Progrès sous le bras, alors tu penses je n'en menais pas large! Il affichait un âge disons respectable, 70 ou 75 ans? Le visage empreint d'un certain charme mais marqué, creusé par le temps. Sans lunettes, peut-être coquet? Grand, mince, chemise ouverte, blouson léger, pantalon beige tombant impeccablement sur des chaussures de ville confortables, pas le look touriste, plutôt celui d'un vieux prof. Bref, après avoir descendu les quelques marches au seuil de la salle, il est passé près de moi, il a paru hésiter, puis il a contourné l'Odalisque et s'est posé sur un autre banc, restant dans mon champ de vision. Je continuais à dessiner et lui jetais des petits coups d'oeil de temps en temps. Soudain j'ai senti comme une sueur, froide, qui gagnait peu à peu toute la surface de ma peau; mes doigts devenaient moites et alors mon crayon m'a échappé! Dans ma maladresse à vouloir le récupérer, voilà que mon bloc de feuilles a aussi atterri par terre, puis mon sac dont la chute a provoqué une avalanche de bruits incongrus et un écho épouvantable! L'homme, resté jusqu'à présent assis droit comme un piquet, s'est précipité vers moi, proposant de m'aider, me frôlant même, pour rassembler mes affaires éparpillées... Je te jure, j'étais dans mes petits souliers! Nos regards se sont évidemment croisés, lequel de nous était le plus empoté? Tout d'un coup, brandissant le livre de bibliothèque, il s'est redressé, l'air stupéfait, incrédule. Et il m'a soufflé, tout bas, haletant: "Ainsi... vous avez trouvé... l'assassin... c'est moi...


Sujet: Re: Rendez-vous
Date: 04/09/09 12:00:32

Je suis de passage vite fait à la maison pour imprimer une fiche de travail oubliée ce matin, et je découvre ton mail! Tu as eu un sacré culot dis donc! Quand même, tu m'inquiètes! Puisque tu es revenue saine et sauve chez toi, je suppose que tout va bien, mais je t'en supplie dis vite ce qui s'est passé ensuite! Sinon je t'appelle ce soir!
Bye!
Marylin

à suivre... rendez-vous (2)

Aucun commentaire: