mardi 8 décembre 2009

lumières

Lyon jardin de lumières, hommage aux temps...

A Lyon, depuis samedi, un pantin escalade la Tour métallique de Fourvière. Cet « homme digital », jardinier en chef d’un espace urbain lumineux et sonore assez particulier, semble superviser l’ensemble des manifestations nocturnes proposées pour cette traditionnelle fête des lumières
(L’homme digital, sur la Tour TDF – un autre, plus petit, Montée des Carmes Déchaussés)



Car la ville se transforme bien en jardin et propose, tout au long de la promenade, d’admirer l’aménagement d’étonnants tapis de verdure, de découvrir de nouvelles variétés de fleurs ainsi que des plantes curieuses et flamboyantes. De quoi ravir les yeux, attiser l’imaginaire, et même parfois s’interroger…

(Mon jardin public, Place Louis Pradel – Le jardin des lumières en fleurs, Montée de la Grande-Côte -  Les mystères de la colline, dans les Jardins du Rosaire)


Les parcours offrent mille surprises scintillantes, bravo ! D’autant que toutes ces illusions utilisent paraît-il des technologies LED qui permettent une très basse consommation d’énergie ; ça vaut mieux par les temps qui courent… Justement, aux Terreaux, on projette une grandiose représentation de ces temps, temps qu'il fait et temps qui passe. Mais avant d'accéder à la place, les artères se bouchent, il faut accepter plusieurs déviations et se laisser aller dans les goulots d’étranglement. Quand même, ça vaut le coup de patienter et de… jouer le jeu ! Attention aux yeux !

(Jouons avec les temps, sur les façades de l’Hôtel de Ville et du Musée des Beaux-Arts)



Grâce à d’autres escales monumentales ou profitant de quelques détours, on revisite des bâtiments familiers, on feuillette un catalogue impressionnant à la gloire du patrimoine. Les spectacles visuels, souvent musicaux, voire carillonnants, rendent hommage à l’histoire, à la préhistoire, aux arts, accordent harmonieusement pierres et lumières, le passé et l’avenir, le réel et le fantastique.

(Carillon et tableaux de lumière, à la Basilique de Fourvière - Les Bâtisseurs, de la Cathédrale Saint-Jean - La nuit au Musée, sur la Grande Roue de la Place Bellecour - La Dolce Vita, sur et autour de la fontaine des Jacobins - Les lumignons enchantés, à la Préfecture - La grotte Chauvet, au Parc de la Tête d'Or)



Et ce n'est pas tout, il y a encore bien d'autres stations magiques! Alors dernière chance ce soir pour profiter!

(Le message du 8 décembre 2008 se trouve au mot lumière.)

Aucun commentaire: