mercredi 6 janvier 2010

spleen

Tristesse passagère, habituel bourdon, petite dépression post-fêtes... C'était à prévoir! Comme d'habitude, j'erre dans le creux de la vague, à la recherche d'un nouveau souffle !… J'hésite entre parler de blues ou de spleen. Finalement j'écarte le premier mot, trop musical pour cette fois. Et le spleen a un accent si poétique! Cette mélancolie d'origine anglaise désigne pourtant l'excès d'une humeur particulière, "splénique", produite par la rate, l'inquiétante bile noire !! C'est ça, je me fais un peu trop de bile... Je n'arrive pas en ce moment à me dilater franchement la rate et je me la cuisine plutôt au court-bouillon, mais je gère!


Il y a des jours comme ça
Désagréables
Quand dans ma tête
Toutes les idées se noient

Il y a des nuits aussi
Interminables
Le temps s’arrête
Aggravant tous les soucis

Tout m’apparaît chagrin
Insurmontable
Plus rien ne va
Aucun élan pas de faim

Mon cœur cogne et s’affole
Incontrôlable
Trop de tracas
Je suis épuisée, toute molle

A quoi sert d’être là
Si négligeable
Qui puis-je croire
Et a-t-on besoin de moi

Quel projet quel défi
Bien raisonnables
Ou quelles gloires
Pourraient me garder en vie

Je suis d'une humeur de chien
Inconsolable
Et tout à coup
Voilà qu’un espoir revient

Gris et noirs disparaissent
Sombres coupables
L’air est plus doux
Je suis mieux je me redresse

Il y a des jours comme ça
Si redoutables
Si creux si longs
Mais à force eh bien je vois

Que mes peines sont toujours
Accommodables
Et qu’elles s’en vont
Après leurs maudits p'tits tours

3 commentaires:

Agnès a dit…

Allons, allons! Ressaisissons-nous!Trois petits tours et puis s'en vont le spleen, les tracas, les idées noires!!!!
Bises

Agnès

Anonyme a dit…

Oh, le Baudelaire effraie !
Claudech

Martine a dit…

Ah la la, impossible d'etre prise au sérieux! Heureusement que tu es là Agnès...