lundi 15 mars 2010

vols (2)

(pour relire la première partie, c'est ici !)

Robin risque un œil sur le côté... A ce moment il y a comme un glissement feutré ; un essaim converge vers les fenêtres donnant sur le tarmac. Que se passe-t-il ? Tous les regards se dirigent vers les pistes. Il y a tout un aréopage de têtes blanches et costumes de cérémonie près d’un avion flambant neuf qui finit de se positionner en douceur sur ses marques. Quel bel appareil, pas énorme, une centaine de places à tout casser, splendide, immaculé, souligné d’un seul et sobre liséré rouge qui souligne ses flancs. Près de la porte d’accès au compartiment passagers et sur la dérive se déploie le même oiseau-livre ; et ce logo est accompagné d’un titre de compagnie étrange : ALivrouv’Air ! ALA !

« Qu’est-ce que c’est que ce truc ? » laisse échapper Robin, éberlué.
La voisine s’agite : « C’est mon vol ! Une grande première ! » assure-t-elle. Et, remarquant la mine interrogative de l’homme, elle lui explique qu’il s’agit d’un voyage inaugural pour un projet assez particulier : à bord d’un avion de cette firme, les passagers bénéficieront systématiquement d’une lecture à haute voix durant le temps du trajet !
« Bien mieux que la télé, non ? J’ai gagné une place à la dernière minute.
- Ah mais moi aussi je le crains !
- Eh bien allons-y !
- Qu’est-ce qui se lit aujourd’hui, vous le savez ?
- "Le Petit Prince", évidemment ! »

Robin se décompose… confiez-vous au hasard ! ?

« Et bien sûr, Monsieur, vous serez aux premières loges, en toute sécurité pour en profiter ! Sympa, non ? » énonce fermement la jolie dame en exhibant sa carte de police. « Ne cherchez pas à vous enfuir, mes collègues vous cernent, regardez ! Restez tranquille, ça vaut mieux ! Permettez, juste une petite palpation… »
Le vide autour d’eux, un cordon de molosses, et, derrière, une masse contenue et figée. On confirme au même moment l’embarquement immédiat sur le vol spécial ALA451. La femme touche, très minutieusement… C’est que pour dégoter un livre nain, il faut s’appliquer ! Elle s’attarde… Robin apprécie moyennement. Elle lui assure qu’ils sont sur sa trace depuis plusieurs jours. Il n’est qu’un as minable de la cambriole, il n’aurait pas dû se spécialiser dans les œuvres d’art, la spécialité c’est l’ennemi de la discrétion, et patati… Les yeux de Robin sillonnent alentour, en vain, il est pris au piège !
Les mains importunes s’attardent sur sa poitrine, côté cœur, entrouvrent le blouson, s’y infiltrent, et la fliquette brandit l’écrin qu’elle ouvre précautionneusement. Voilà ! L’exemplaire unique d’un « Petit Prince » en édition miniature, reliure dorée, la pièce maîtresse d’un illustre collectionneur, prêtée à Lyon le temps d’une exposition !

« Ton dernier vol, Robin ! Le Petit Prince ne t’aura pas porté chance et dans l’avion on va te raconter son aventure, en prime, sans que tu fasses un effort ! Ensuite, pour déchiffrer la fin de ton histoire, au 36, pas besoin de loupe ! On embarque ! »

( clins d'œil bien sûr à mon association préférée, la Bib' à Dom', ainsi qu'à l'exposition minuscules ! )

Aucun commentaire: