mercredi 12 mai 2010

faille (1)


le rêve...


Un portail aux pans cadenassés, démesurément haut, encadré par deux piliers de pierre, immenses… Entrée interdite…

Je longe la haie touffue, sauvage, doublée d’un grillage si mal entretenu que je suis sûr de trouver une faille.
Faille, faille, il y a toujours une faille !
Marche interminable, et déterminée aussi.
Je distingue enfin un passage ; d’autres ont déjà dû s’y faufiler, quelques pressions sur le fil de fer puis les branches, et les broussailles s’ouvrent en tunnel.

Vue sur le parc, à 180°, l’impression d’être dans un jeu vidéo ; je balaie le paysage, automnal, humide. Au loin la demeure abandonnée, volets fermés, lierre envahissant, toiture béante. Entre elle et moi, un domaine rendu à la nature, fontaine et quelques statues émergeant de ce qui fut sans doute autrefois un jardin ouvragé. Quelques bancs aussi, écaillés, ici et là.

Un bruit, soudain, derrière moi ; sans doute un animal dans les feuilles, simplement, qui me fait sursauter et me retourner. Quand mon regard revient vers la maison, les marches et les allées grouillent de monde, silhouettes courbées et blouses blanches ; les fenêtres de la maison s’ouvrent maintenant à un soleil printanier.

Et moi je viens m’asseoir sur le bord du bassin où je goûte le son de l’eau…

à suivre... la réalité... qui peut avoir fait ce rêve ?... faille (2)

Aucun commentaire: