dimanche 13 juin 2010

revanche


Deux mots et un conte...

Quand parle-t-on de revanche plutôt que de vengeance ? Quelle nuance distingue ces deux mots de même famille ?

La revanche consiste à « rendre la pareille » pour une chose que l’on a reçue. Celui qui aide peut demander qu'on lui renvoie l'ascenseur : il agit "à charge de revanche". Cependant on réclame plus souvent celle-ci après l'expérience d'un échec. Dans le domaine du jeu ou celui du sport, le mot désigne même la seconde partie, la reprise sollicitée par le perdant, un mouvement en sens inverse, une deuxième chance, et suggère qu'il y ait en quelque sorte une possibilité d'échange, une réciprocité.

La vengeance va plus loin, elle permet de dédommager d'un outrage en envisageant une compensation qui soit une réelle punition pour l'offenseur, parce que l'on considère avoir été injustement humilié, insulté ou trahi!

Je viens de retrouver, il y a quelques jours, dans un vieux journal d'école, une adaptation d’un conte breton où l'on parle de revanche… Le héros, Guidou, humble fermier, après avoir dû nourrir son seigneur maintes fois, sans pouvoir refuser, aspire à être convié à son tour, au moins une fois, à la table du maître. Celui-ci  n’ayant jamais envisagé un acte réciproque, se montre pour le moins récalcitrant… Guidou s'entête et insiste, trouvant mérité que l'autre lui accorde une contrepartie ! Pour autant, il ne crie pas vengeance. Simplement, parce qu'il estime que la réplique serait normale, et plutôt juste, il revendique, sans colère, sans violence, que le seigneur fasse un effort pour l'inviter. Défendant en quelque sorte son honneur, Guidou demande une revanche ! Et il la prend, sans que le seigneur soit taxé d'une peine ou frappé de sanction ! La réparation morale qu'il obtient, le sentiment d'un équilibre rétabli, suffisent à satisfaire le paysan. On ne peut dire qu'il tire vengeance. L'existence ou non du châtiment pour l'offenseur, là semble donc bien résider la nuance entre nos deux mots assurément proches.

Je vous laisse découvrir ici les détails de La revanche de Guidou à travers la version dialoguée que j'avais écrite dans les années 70 pour un spectacle de marionnettes. Elle s'inspire largement  du texte original et savoureux proposé par Per-Jakez Helias dans les Contes Bretons du Sabot à Feu. Le  récit s'adresse bien sûr à tous les âges, pour peu qu'on aime les histoires… J'espère que vous y prendrez du plaisir !

(A lire aussi : le p'tit mot vengeance, si ça vous dit !)

Aucun commentaire: