jeudi 3 juin 2010

solitude


Un son régulier lui parvient, et le silence autour. Peut-elle ouvrir les yeux ? Quand elle était petite, il fallait compter jusqu’à 100. Alors elle compte… 99, 100, au rythme du bip tout près. Ses paupières clignent. Il y a peu de lumière, juste une veilleuse sans doute. Elle se sent bien ; les douleurs se seraient envolées ? Elle est dans sa position favorite, repliée sur le côté et n’ose pas bouger. Il lui semble distinguer une ombre sur le mur, furtive, alors elle murmure : « Y a quelqu’un ? »… Son léger souffle reste sans réponse ; et toujours ce bip... Encore un effort : « C’est toi Léon » ?  Non, voyons, il est parti depuis tant d’années. Adèle ? Sarah ? « Mes filles, comme je vous aime ! ». Personne décidément, et le temps s’étire… Paisible, elle rembobine dans sa tête un peu de vie, mais bientôt se sent si lasse… Elle aurait bien voulu qu’on lui tienne une main, à cet instant, car voilà, soudain, tout son corps se relâche… Dans une chambre, juste un bip qui s’affole…

(Ceci correspond à une contrainte d'écriture proposée récemment en concours, la mini-nouvelle d'environ 1000 signes devant inclure la question "Y a quelqu'un ?" à n'importe quel endroit du texte.)

3 commentaires:

Accent Grave a dit…

C'est très touchant. J,ai l'impression de vivre ce que vit le personnage.

Accent Grave

Anonyme a dit…

Bravo, je suis moi aussi très touché par ce petit texte très évocateur.
Du coup, je jette un coup d'oeil aux notes antérieures et aux commentaires.
Les textes sont très intéressants mais, oh surprise, ne suscitent que bien peu de réactions.....
Solitude....
On a l'impression, au moment ou l'acteur salue en offrant un sourire, son public se détourne très intéressé par autre chose.....
Cela donne à penser....
Le goût pour le commerce, pour l'échange a t'il disparu écrasé par celui de la consommation? Ou écrire, formaliser sa pensée, est trop difficile au delà d'un SMS? Ou nous vivons dans l'indifférence parce qu'étant trop sollicités et avons perdu la capacité à réagir?
Nous acheminons-nous vers une société où un sourire offert ne trouvera pas d'écho?
Ce billet "contraint" est bien riche !
merci et Bravo
R de la V

Martine a dit…

Merci Accent Grave de m'avoir donné votre sentiment. J'ai ressenti pas mal d'émotion moi aussi en écrivant. Le fait d'avoir petit à petit enlevé des mots et des détails d'une longue scène initiale a donné comme de la force au texte final "contraint"... Il reste sans doute l'essentiel...
C'est HB, qui passe ici de temps en temps, qui m'avait transmis cette contrainte, expérience très intéressante!
Hé oui, R de la V, je n'ai pas beaucoup de commentaires. Du coup, ceux qui existent me sont précieux, j'y suis très sensible...