mardi 24 août 2010

bateau

Prenons d'abord le mot bateau au sens figuré, comme une idée qui serait tout simplement banale ou qui n’en pourrait plus d’être rebattue…

Je qualifierais par exemple de "bateau" (et parfois galère) ce sujet que nos vénérables maîtres, maîtresses ou professeurs des écoles d'autrefois et d'hier nous ont si régulièrement proposé ("imposé", devrais-je dire !) :  "Racontez ce que vous avez fait pendant les vacances…" Nous trouvions ça, à force, assez barbant, et de moins en moins motivant avec les années ; c'était le menu obligatoire à chaque rentrée de septembre, voire systématiquement après TOUS les congés… Petits, nous étions quittes avec une conversation, un entretien ; nous acceptions aussi de représenter par un dessin une scène particulière vécue au cours des dernières semaines en famille, en colo, à la plage.... Plus grands, il fallait s’atteler à une rédaction, une composition française, un texte (presque) libre, une production ou une expression écrite… Je sais bien que la tradition ne s’est pas perdue.

Or, il y a quelques jours, j'étais sur l'île de Nantes dont la transformation, soit dit en passant, n'est pas sans rappeler l'évolution du paysage en notre Confluence lyonnaise. Et voilà que sous une Nef des anciens chantiers navals, à l'intérieur d'un hangar abritant  un étrange rassemblement de sculptures animées, contemplant d’une part les bouilles réjouies de dizaines d’enfants autour d’une barque prise dans la tempête (un bateau au sens propre celui-là), et d’autre part  les  drôles de mines, à bord, des apprentis marins qui n’en menaient pas si large, je me suis dit que ces petits touristes avaient bien de la chance : ils trouvaient à cet endroit la nourriture idéale pour alimenter leurs futures dissertations. Car ils choisiront forcément de partager CE moment-là de leur été, cette exploration d'un spectaculaire atelier dans lequel il leur était donné , en même temps que des rêves, le plaisir et la permission d'agir.  Le récit de cette expérience sera en outre une belle occasion de rouler des mécaniques...


Mais, en fait, ne nous gargarisons-nous pas, adultes, du même rituel, dès qu'on retourne au boulot ou qu'on  se retrouve entre amis après l'échappée estivale ? Ne me dites pas que vous échappez à ces interrogations subtiles : "Alors c’était bien ?"... "T’étais où ?"... "T’as fait quoi ?"...  "T’as des photos ?"... Et les compères et les commères vous tannent : "Raconte, raconte !"

Le pire, c’est qu’on ne se fait pas trop prier pour satisfaire toute cette curiosité. Et on s'épanche… Et on montre ses images… Et on accepte évidemment, en contrepartie, de se farcir les discours des autres, et leurs albums… La rentrée, c’est éreintant !

En ce qui me concerne, puisque, je le devine, vous brûlez de savoir ce que j'ai préféré au cours de ma petite balade en France, ma réponse est prête, et vous avez sans doute déjà compris ! Je dois l'avouer : comme les gamins dont j'ai parlé plus haut, je me suis beaucoup amusée sur les Machines de l’île. Je me suis é-cla-tée ! Je n’ai pas participé au naufrage du "bateau tempête", je n'ai pas subi l'exceptionnel déluge, mais j’ai piloté un serpent des mers, je l'ai fait tourner de l'œil et cracher de colère, entre autres… Rien que ça ! La preuve ! Moi qui, trouillarde, n'aime guère l'aventure et privilégie toujours le confort, je suis aussi montée sur un éléphant dont je n’ai craint ni la démarche pour le moins chaloupée ni l'effrayant barrissement...




Entre nous soit dit, j’y retournerais bien en 2012, sur l’île de Nantes, lorsque sera dressé le carrousel des Mondes Marins ! Ce projet devrait en effet regrouper certaines machines déjà fonctionnelles dans la Galerie (La Raie Manta, le Calamar à rétropropulsion, le Poisson pirate, la Larve de Crabe, le Crabe royal, le Luminaire des grands fonds) mais aussi une vingtaine d'autres éléments que l’on peut déjà observer en cours de construction dans l’Atelier… Dans le genre attraction tout public, peut-on faire mieux ?

A part ça... Pour vous, ces vacances ? C’était bien ? Vous étiez où ? Vous avez fait quoi ?

2 commentaires:

Gisèle a dit…

Bonjour Martine,

Et bien moi, en juillet, j'étais en Russie. Malgrè la grosse chaleur inhabituelle à St Pétersbourg (plus de 30 °)j'ai passé un excellent séjour de Moscou à St Pétersbourg par les voies fluviales. Bises. A mardi prochain.

Martine a dit…

Merci de ta réponse Gisèle ! Tant mieux si tu as pu profiter de ton séjour, avant les incendies alors... Mais tu m'en reparleras bientôt!!!