samedi 28 août 2010

rencontre

N’y aurait-t-il pas dans ses yeux
Comme une lueur un peu triste
Du gris du vert en aquarelle
Il l’interroge il est curieux
Il voudrait savoir il insiste
Mais de quoi de qui souffre-t-elle

Impossible de le savoir
D'abord elle nie puis elle se tait
Enfin elle détourne la tête
Dissimulant son beau regard
Protégeant ainsi son secret
Est-ce un chagrin, une défaite

S’agit-il donc d’un rêve enfoui
De quelque espoir ou d’une attente
Elle ne dit rien elle ne peut pas
Qu’importe puisqu'elle est jolie
Tant pis si le passé la hante
Il est prêt à l'aimer comme ça

Et même si dans ses grands yeux
Le mystère les douleurs persistent
C’est ainsi qu’il la trouve belle
Il ne sera plus si curieux
Ce qui compte est bien qu’elle existe
Et qu’il puisse demeurer près d’elle

Pas la peine qu’il lui démontre
Ce qu'elle a forcément compris
Du doigt elle effleure sa joue
C'est une vraie chance cette rencontre
Elle va se reposer sur lui
Ils seront deux maintenant pour tout

Le gris aurait-il disparu
Comme absorbé par le vert tendre
Dans une eau douce et sensuelle
Au fond de ses yeux rien de plus
Qu'un futur de bonheur à prendre
Alors il cueille l'aquarelle

Aucun commentaire: