jeudi 16 juin 2011

chiner


Chiner... Un bien joli p'tit mot, coloré, taquin, attentif et curieux...

Tout en dessinant à la manière de Frederick Tristan, j'ai plaisir à me répéter la définition que donne du verbe chiner un de ses héros - disons qu'il se nomme Lucien - dans le roman intitulé Tarabisco. Pas simple le récit, ni le Personnage. Pour ce bonhomme étrange, doublement solitaire, chiner c'est d'abord brocanter, fureter "parmi l'hétéroclite étalage d'un marché aux puces", comme le lui a enseigné son père. Mais Lucien va plus loin : il continue de chiner chez lui, il "écoute battre le cœur du monde" jusque dans sa cuisine, au milieu de ses vieux objets. Et il se prend à le refaire, ce monde, à imaginer des histoires fabuleuses qu'il écrit ensuite, pour les sauvegarder et qu'elles s'épanouissent. Mais il aime aussi les dessiner, ses rêves, à l'encre... de Chine.



          La plume crisse -
          Dans les tracés de Chine
          s'ancrent les rêves
                                                                   Courbes
                                                            du Hasard
                                                                     Illusions
                                                               en Nombre
                                                                  Encres
                                                         du Rêve
                                                                   

Aucun commentaire: