dimanche 12 juin 2011

mognonymes

Nous avons déjà, ensemble, partagé quelques bulles. J'avais profité d'une opportunité, un anniversaire... Mais franchement là, aujourd'hui, je n'ai rien de spécial à fêter et vous propose de trinquer simplement - en fait, vous verrez que la situation me permet des exemples faciles - à la santé de mots récemment croisés dans la sphère du vocabulaire.

Il est très tentant de les mognoter ces individus-là au long suffixe commun et qui courent toujours le risque d'être confondus ; j'ose les désigner, et c'est une audace très personnelle, par le terme "mognonymes". Certains sont célèbres et usités, voire prisés en société, et d'autres plus rares et discrets. Allons, vous connaissez bien sûr les synonymes, si conviviaux et qui abondent toujours dans le même sens, les antonymes dont on se régale par avance des oppositions, les homonymes aux évidentes ressemblances sonores et parfois graphiques, les paronymes qui jouent de leurs silhouettes trompeuses, sans oublier les acronymes, ces sigles hautains qui cultivent leurs mystères !

Laissez-moi vous présenter deux autres couples de mognonymes : ils valent le détour et méritent, à mon sens, qu'on les éclaire... Puis vous les jugerez par vous-mêmes... Voici donc l'hyponyme, à l'allure faussement cavalière, accompagné de l'hyperonyme à l'envergure de mammouth, tous deux suivis du méronyme, qui veut absolument être de la partie, entraînant avec lui un holonyme au caractère très entier...

Vous allez comprendre... Prenez ce verre, cette flûte plus précisément : je vais me faire un plaisir d'y verser quelques mesures d'un breuvage de circonstance : vous constatez qu'il ne s'agit pas de n'importe quelle boisson, je vous ai choisi un champagne, présenté dans une bouteille de belle contenance, un magnum !

Ainsi:

- « flûte » est un hyponyme de « verre », « champagne » un hyponyme de boisson », « magnum » un hyponyme de « bouteille »,
- « verre » est un hyperonyme de « flûte », « boisson » un hyperonyme de « champagne », « bouteille » un hyperonyme de « magnum » !

Lorsqu'on catégorise les noms selon leur sens et que l'on considère une collection particulière, l'hyperonyme est en quelque sorte le mot en-tête de cette collection, et l'hyponyme un élément de cette collection. L'hyponyme est plus précis que l'hyperonyme.

S'agissant de verbes, on parle parfois de troponyme et d'hyperverbe, : disons que « siroter » est un troponyme de « boire », en en réduisant le sens, et que « boire » est un hyperverbe pour « siroter ».

On continue ?

Tenez, je vous prête ma bouteille, faites donc le service... Saisissez-la par le goulot ou exhibez-la par le culot, comme il vous plaira... Eh bien « goulot » et « culot », en tant que parties de la bouteille, sont des méronymes de « bouteille », celle-ci étant pour eux un holonyme...
Lorsqu'il est question d'un objet, d'une entité, d'un tout, l'holonyme correspond à ce tout et le méronyme en est un morceau, une part.


Bon, d'accord, tout cela vous saoule ! J'espère au moins que vous n'abuserez pas de commentaires anonymes...

2 commentaires:

Gisèle a dit…

A ta santé !
Bises

Martine a dit…

A la nôtre alors !
A bientôt Gisèle !!