vendredi 8 juillet 2011

sortir


J'évoquais plutôt fièrement, en octobre dernier, l'intégration de notre dynamique cité au sein du réseau mondial de l'OMS Villes-Amies des Aînés. La municipalité s'est alors engagée, suite à l'obtention du label, à réaliser ses promesses concernant l'amélioration du quotidien des seniors.

Parlons de ce quotidien... Pour briser l'isolement, prévenir et limiter les fréquentes sensations de confinement et de solitude, il s'agit évidemment de favoriser, quand c'est encore possible, les sorties et les déplacements de la personne âgée, en lui permettant ainsi de rencontrer ses pairs et ses voisins... Il existe quelques lieux privilégiés, essentiels, où nos aînés peuvent apprécier de se retrouver, s'ils le désirent bien sûr : c'est le restaurant de quartier. Non seulement leur motivation est peut-être plus forte pour seulement manger, mais les seniors, grâce à ce rendez-vous, obtiennent des nouvelles des uns et des autres, glanent et partagent des informations sur les manifestations locales ; ils ont aussi la possibilité de programmer l'invitation à table d'un ami ou d'un membre de la famille. Il semble évident que l'occasion du repas, régulièrement servi au resto senior du coin, participe à un certain équilibre dans la vie de la personne âgée et préserve son lien social.

Or voilà que la presse répercute l'annonce de la fermeture de trois foyers-restaurants rattachés à la Ville de Lyon, dans les 1er, 5e et 7e arrondissements (Le Progrès des 13 et 3O avril, 23 mai, 10 et 28 juin, 6 juillet - 20 minutes du 12 mai) De quoi susciter le sentiment d'une contradiction, des inquiétudes, ainsi que des interpellations politiques.

Quelques précisions : pour assurer le service de restauration en direction des personnes de plus de 60 ans qui désirent déjeuner en dehors de chez elles, la Ville fait appel à des divers prestataires, dont l'UGFRL (Union de Gestion des Foyers Restaurants de Lyon) qui bénéficie de la mise à disposition de locaux, à titre gratuit, pour exercer son activité. Cette association, qui assure aussi le portage de repas en résidences ou à domicile pour les personnes âgées, et qui effectue « un travail exceptionnel » (ce qu'aurait exprimé Gérard Collomb), doit faire face à d'importantes difficultés financières depuis plusieurs mois ; une dernière subvention accordée en Conseil Municipal n'a donc pas suffi au rééquilibrage des comptes. Des pétitions ont été signées. Un audit est en cours...

Sont évoqués ces derniers temps pour expliquer la situation critique de l'UGFRL : un ancien détournement de fonds, la baisse du nombre de bénévoles et donc l'augmentation de celui des salariés, la diminution du nombre de repas distribués... La Mairie envisage des solutions pour les personnes concernées par les fermetures : études de nouvelles propositions de confection de repas, appels aux restaurateurs voisins des foyers fermés, transferts de locaux... Cela veut dire bousculer des habitudes, changer les repères, basculer vers un maximum de portage à domicile... Ne pourrait-on imaginer, dans les salles des foyers en question (qui si j'ai bien compris ne servaient pour l'instant qu'à la restauration), d'autres animations (lectures, jeux... et pourquoi pas aides informatiques...) qui attireraient les personnes âgées et les inciteraient à rester déjeuner, favorisant ainsi une meilleure fréquentation du restaurant ? Bon, ce n'est sûrement pas si simple... L'affaire est à suivre.

Je profite de ce message pour donner les dates de la Semaine Bleue qui se déroulera cette année du 17 au 23 février. A la Bib' à Dom', nous avons déjà programmé et préparons pour l'occasion plusieurs animations en résidences et dans les bibliothèques d'arrondissement. Pour en savoir plus sur cette Semaine Bleue, nationale, encore mal connue, vous trouverez des informations en relisant le p'tit mot label et surtout en visitant le site correspondant.

Aucun commentaire: