lundi 17 octobre 2011

correspondances

                                          
                    Chers lecteurs,



Ça y est, j'ai bouclé ma "lettre" de contribution à la grande mognoterie, testant ainsi la contrainte du mois. Rendez-vous donc sur le site de l'atelier pour découvrir Le médaillon du poète, ce texte contenant aussi un "idéal" afin de jouer le jeu presque jusqu'au bout !



Voici quelques compléments d'explication, pour ceux qui le souhaitent... J'ai choisi pour médaillon une œuvre que l'on peut admirer parmi les Objets d'Art et Sulptures du Musée des Beaux-Arts de Lyon : d'une forme gravée dans la pierre, ronde, parfaite, émerge un Buste de femme. Le même motif, en bois, surmonte le portail d'entrée du bâtiment côté Place des Terreaux.



Quant aux Amants heureux, de Courbet, que mon "poète" mentionne également dans sa lettre, la toile est visible dans notre Palais Saint-Pierre tandis que le dessin du même couple, à l'encre, est exposé dans une vitrine du Musée Courbet à Ornans...



En septembre 2009, j'avais déjà concocté un rendez-vous au Musée... Deux p'tits mots, deux épisodes - rendez-vous (1), rendez-vous (2) -, un échange de mails pour une histoire un peu plus légère et mystérieuse. C'est dans le cadre des rencontres Au fil de l'écriture, en 2010 et 2011, que j'ai plus tard imaginé des lettres (Vinaigre, Lettre à Anémone), ou participé à quelques correspondances fictives (En quête d'origine, Courrier littéraireLa lettre du comte de Varax).

L'écriture épistolaire est un exercice complet, création de personnages, définition d'un sujet, recherche d'une référence commune justifiant une connexion entre les individus ! Sans compter qu'il est très confortable de se mettre dans la peau de celui qui exprime, qui réclame, qui informe, qui supplie, qui charge ! La belle occasion parfois pour libérer des émois personnels sous couvert de romance et saupoudrer ainsi l'affaire de quelques touches d'intime...

Mais je vous laisse à votre provision de lectures, moyens et longs courriers...

A bientôt,


                               Martine

Aucun commentaire: