mercredi 11 janvier 2012

s'égailler

S'égailler, s'égayer, se ressemblent, s'assemblent...

Mon esprit, mes pensées s'égarent et je vous livre quelques mots qui me viennent en pagaïe, pagaye, pagaille, pour illustrer ce joli verbe : dispersion, désordre, anarchie, enthousiasme, liberté.

S'égailler, je dois l'aimer beaucoup ce p'tit mot-là pour l'écrire aussi souvent ; car vous le lirez dans plusieurs histoires...

... quand lettres et mots se révoltent et manifestent contre la tyrannie d'un Point,

ou pour saluer tous ces martinets qui, certains soirs, s'envolent en nuages, et piaillent au-dessus de nos toits.

Je ne vois pas d'autre terme qui vous ferait mieux imaginer, et entendre...

... les dizaines d'écoliers qui s'éparpillent dans la cour, à l'heure de la récréation, sous mes fenêtres, et qui braillent. A peine lâchés, ils sont déjà dans leurs jeux ! Les gamins d'autrefois, en fin de journée, s'échappaient pareillement de la communale, lorsque la cloche avait sonné ; la rue était à eux, ou la campagne environnante. Mouvement, agitation, débandade, précipitation ! Que de joyeux désordres, n'est-ce pas, à revivre ici au cœur du p'tit mot épine, ou là, sur la grande mognoterie, au détour d'une Enfance singulière.

Aucun commentaire: