dimanche 19 février 2012

carreaux


Avant scène paraît aujourd'hui sur la grande mognoterie. Il s'agit de ma participation au thème 7 : une composition de carreaux, assortie d'une rencontre entre deux personnages.

J'ai situé cette rencontre en 1900, pendant l'été ou au début de l'automne, alors que l'Exposition Universelle, ouverte depuis la mi-avril, bat son plein. Pourquoi cette période ? Eh bien je baigne en fait dans l'atmosphère Belle Epoque, depuis plusieurs semaines, pour les besoins d'un projet lancé par Denis Azoulay dans le cadre de ses ateliers d'écriture. Difficile d'émerger.

Les recherches s'avèrent réellement passionnantes. Ma promenade documentaire sur internet, autour de l'Exposition, m'a notamment permis d'observer le tracé de la Rue de l'Avenir : s'y rapportant, j'ai visionné par hasard un petit film épatant, montage de documents tournés par les frères Lumière, puis lu une amusante pièce de théâtre en un acte intitulée L'article 330. Me renseignant sur l'auteur de cette comédie, j'ai ensuite atterri sur une page où l'on évoquait les habitudes de l'écrivain, ses humeurs, son allure et par exemple ses ordinaires pantalons à... carreaux... Ceux-ci ont évidemment retenu mon attention.

Comme nous étions, au moment où j'écrivais, en pleine Saint-Valentin, et même si l'action d'Avant scène ne peut se situer que plus tard dans l'année,  j'ai éprouvé l'envie d'une rencontre "légère", classique, un homme, une femme. Elle se prénommerait, pourquoi pas, Faustine, comme une héroïne de Léviatemps, thriller de Maxime Chattam, dont l'action se déroule également en 1900.

Voilà, je vous ai tout dit ; j'avais envie de partager avec vous, sur mon p'tit mot, les origines d'une saynète totalement fantaisiste, qui prend sûrement ses aises avec l'histoire, mais que j'ai eu plaisir à me représenter !

5 commentaires:

Grand-Langue a dit…

J'ai beaucoup apprécié ce petit film tourné par les frères Lumière.

Ça me fait tout drôle de voir ces gens heureux, souriants... et qui ne sont plus.

Je n'avais jamais vu ce trottoir roulant. Formidable!

Grand-Langue

Martine a dit…

Je suis d'accord avec vous, ces gens heureux, souriants... Ils avaient une grande confiance en la science, croyaient au progrès ; l'avenir ne pouvait qu'être meilleur.
Avez-vous lu aussi qu'en 7 mois un peu plus de 50 millions de personnes ont visité cette Exposition. Impressionnant, ça donne envie de comprendre.

Grand-Langue a dit…

Cette exposition, on la cite un peu partout! Elle fut marquante.

La seule exposition universelle que j'ai connu fut celle de montréal en 1967. Elle fut déterminante pour Montréal. On s'ouvrait sur le Monde. J'avais 10 ans et j'y ai passé mon été, c'était magique.

Grand-Langue

Martine a dit…

Je suis allée jeter un oeil sur le site expo 67. Je remarque que le thème Terre des Hommes avait été choisi d'après un recueil de notre lyonnais Saint-Exupéry !

Grand-Langue a dit…

Suite à votre commentaire, moi aussi je suis allé revoir certaines images de l'Expo. Que de souvenirs! Je connaissais chacun des lieux photographiés.

Le pavillon de la France y est toujours, c'est maintenant le casino de Montréal!

Grand-Langue