mardi 15 mai 2012

corbeaux


En parcourant les ruelles du quartier Saint-Georges, dans le Vieux Lyon, à l'occasion d'une chasse aux enseignes - activité qui oblige évidemment à lever les yeux - je me suis arrêtée devant le 18 rue du Doyenné...

Profitant de l'exceptionnelle lumière en cette parenthèse ensoleillée de mai, j'ai photographié la façade à la fois simple et intéressante : on y remarque en effet, sous l'étage des mansardes, d'originales "consoles". Il s'agit d'oeillets saillants en pierre et percés de trous que l'on nomme aussi "corbeaux"...
















En architecture, les consoles désignent ces pièces qui, parfois ouvragées, servent sur l'extérieur d'un bâtiment à présenter des éléments  artistiques ou décoratifs ; souvent en forme de S, elles soutiennent aussi un balcon ou consolident une avancée.

Les corbeaux, eux, soulagent la portée d'une poutre. Ici, en haut de cette bâtisse, ils avaient une fonction liée à l'ancienne activité textile du lieu : ils supportaient une sorte de tringle, une traverse en bois, sur laquelle le teinturier suspendaient ses étoffes. Il s'agissait ainsi de les déployer afin qu'elles puissent sécher...

Ces "corbeaux" sont à l'origine d'un autre mot fréquemment utilisé pour décrire la position d'une construction en saillie sur le plan vertical d'un mur : on parle ainsi, par exemple, de tourelle, de corniche ou de galerie en encorbellement.

***

Photo ajoutée le 1er juillet 2012 : corbeaux sur la façade 20 rue du bœuf, dans le quartier Saint-Jean à Lyon...


3 commentaires:

Michèle RODET a dit…

ça alors ! Je n'avais jamais fait le rapport entre les mots "corbeau" et "encorbellement". Et encore moins entre les mots "corbeau" et "corbe"... ou courbe... ou orbe...
Voici qui m'ouvre des perspectives, Martine ! Merci !

Martine a dit…

Pour "encorbellement", j'ai effectivement trouvé que le mot était dérivé de "corbel" variante ancienne de "corbeau", au sens architectural de « pierre saillante ».
J'avais un animateur extraordinaire lors d'une récente visite guidée, c'est lui qui nous a appris le mot désignant les fameuses pierres saillantes en façade rue du Doyenné. Et, comme toujours, une découverte en entraîne d'autres.

En revanche entre les mots "corbeau" et "courbe" ou "orbite" je n'ai rien vu ; c'est pourtant vrai qu'ils ont comme une rondeur commune.

Merci de ta visite Michèle ! A bientôt !

Grand-Langue a dit…

Très intéressant. Quand j'irai à Lyon, je rechercherai cet édifice!

Grand-Langue