lundi 9 juillet 2012

abécédaire


L'abécédaire, en tant que contrainte oulipienne, se définit comme « un texte où les initiales des mots successifs suivent l'ordre alphabétique ».

***

Ah ! Bigre ! Coupable drôlesse ! Edouard fulmine, gourmandant Honorine. Il jure, klaxonne, lance méchamment : « Nigaude ! On poursuit qui ? Réponds ! Sûrement ton Ukrainien, Vladimir, wattman xylophoniste, yéyé zarbi !

***

On peut donc imaginer que...

... Honorine, particulièrement attirée par les professionnels des transports, vient de se faire plaquer, il y a quelques instants, en pleine rue, par son amant prénommé Vladimir.

Ce Vladimir, originaire de Kiev, dont le métier est conducteur de tramway, occupe ses loisirs à la pratique musicale : ce curieux mélomane, aux goûts rétros, affectionne particulièrement les percussions.

Après avoir crié : « Au voleur ! », pour ne pas avouer que l'homme en fuite est son amant, et tenter cependant de le rattraper, Honorine convainc son mari, Edouard, lui-même chauffeur de taxi, de pourchasser l'odieux lâcheur.

Edouard obtempère et entame la poursuite du soi-disant pickpocket. Mais, évidemment, il se doute de quelque chose et soupçonne s'être encore une fois laissé berner par son épouse volage...

***

Je pense à un nouvel abécédaire pour livrer le dénouement de ce fait divers, mais patience ! L'exercice requiert énergie, temps, et un état mental adéquat !